signature
Saturday, 30 March 2013

Mai 1990, Berlin - Die Mauer - Die Philharmonie - ich und « Stanisław »...

berlin mauer maximianno

Mai 1990, Berlin.

Moi et « Stanisław »,… Un « Mur » tombé, Un marteau partagé, Deux inconnus, Déconstruction…

J’ai lui tendis ma main sans énoncer même pas une consonne et il, dans un sourire muet, me passa son marteau.

 

Début 1990, mon arrivé en Europe… avant de m’installer à Vienne, pour encore une étape de mes études, je passais, pour la première fois, à Berlin afin de m’y rendre obligatoirement à la Philharmonie pour assister à une série de répétitions du Berliner Philharmoniker.  Paradoxe insoutenable: frôler un morceau d’Olympe musical sur terre dans cette « ville témoin », cité anathématisée par ses indicibles crépuscules et ténèbres… Un jour avant, décision était prise de « outrepasser » la symbolique Porte de Brandebourg et de prendre la direction du Checkpoint Charlie. Oui, « il », malgré sa chute du 9 novembre 1989, était encore là, actif et éphémère, avec Charlie et son contrôle « West – Ost ».  

Encore un spectre historique, à jamais.

A peine ouvert et tombé, béton-dessus, béton-dessous, émietté ou débout, entremêlé de ferrailles et poussières – « Die Mauer », toujours là.  Un peu au loin à gauche, un monsieur polonais, « Stanisław », portait, poigné raide, son visible marteau et marchait en direction d’une fraction du « Mur » encore retranché. Impossible de retenir le souffle intérieur, malgré l’interdiction de « casser ».

Je « suis », en suivant  le marteau de « Stanisław » qui est venu express de Pologne, Katowice, si mes souvenirs sont bons. Oui, arracher un morceau d’un anti-symbole que lui avait tant prit. Les lunettes noires de « Stanisław » ne retenaient pas le flux de ses larmes et les coups qu’il proférait sur le mur étaient d’une étrange et pourtant titanesque délicatesse;  d’une inexorable efficacité sur moi.

Son acte étant accompli, j’ai lui tendis ma main sans énoncer même pas une consonne et, dans un sourire muet, il me passa son marteau.

Obligatoirement posthume, la « communion par le marteau » se faisait verbaliser: deux noms, quelques allitérations et nos mains tendues, serrées.

NB: Pour ceux qui se demandent encore les « pourquoi » de l’art contemporain, une proposition : essayez de donner véritablement un coup de marteau sur un « Mur »…

Tiens, tiens: oder… "Wie man mit dem Hammer philosophiert…" (Friedrich Nietzsche - 1844-1900)

ou

"We build too many walls and not enough bridges." (Isaac Newton - 1643-1726)

ou

Obsolète?

MCobra

PS: Il y avait aussi ma mère, matrice, compagne infatigable de mes errances, derrière la caméra, présente.

berlin mauer maximianno a

berlin mauer maximianno b

berlin mauer maximianno c

berlin mauer maximianno d

berlin mauer maximianno e

B 145 Bild-F079005-0021 Juni 1988 Berlin (West), Grenzübergang Checkpoint Charlie, Bezirk Kreuzberg Bundesarchiv

berlin mauer maximianno f

B 145 Bild-F079010-0037 Juni 1988 Berlin (West), Mauer Bundesarchiv

berlin mauer maximianno g

Bild 183-88574-0003 ADN-ZB-Stöhr-4.12.1961-In der Nacht vom 3. zum 4.12.1961 wurde begonnen, an weiteren Abschnitten die Staatsgrenze der DDR zu Westberlin zu festigen. Auf unserem Foto die Panzersperre am Kontrollpunkt Friedrichstraße. Bundesarchiv

maximianno berlin philharmonie a

maximianno berlin philharmonie b

philharmonie berlin salle