signature

Hommage - Augusto Boal (1931-2009)

Augusto Boal (1931-2009) avait inventé et fondé « le théâtre de l'opprimé », une aventure qu'il colporta à travers le monde entier et singulièrement en France où il avait longtemps trouvé refuge.

« Le grand mérite du théâtre de l'opprimé est de créer le doute, de ne pas donner de certitude (et celle-ci doit venir, au mieux, après le doute, jamais avant). Si tu donnes la certitude avant le doute, tu ne réponds à aucune nécessité. Le théâtre politique d'avant était univoque, il donnait les bonnes réponses. Ce que nous essayons de faire aujourd'hui, c'est de poser les bonnes questions, la meilleure d'entre elles étant à mon sens : quelle question voulez-vous vous poser ? »

L'utopie ne meurt jamais

Le 27 mars 2009, date de la journée mondiale du théâtre, c'est à Augusto Boal qu'on avait demandé d'écrire la proclamation de cette journée. Voici sa conclusion, gorgée d'utopie :

« Quand nous regardons au-delà des apparences, nous voyons des oppresseurs et des opprimés, dans toutes les sociétés, les ethnies, les sexes, les classes et les castes ; nous voyons un monde injuste et cruel. Nous devons inventer un autre monde parce que nous savons qu'un autre monde est possible. Mais il nous appartient de le construire de nos mains en entrant en scène, sur les planches et dans notre vie.

Venez assister au spectacle qui va commencer ; de retour chez vous, avec vos amis, jouez vos propres pièces et voyez ce que vous n'avez jamais pu voir : ce qui saute aux yeux. Le théâtre n'est pas seulement un événement, c'est un mode de vie !

Nous sommes tous des acteurs : être citoyen, ce n'est pas vivre en société, c'est la changer. »